BIENVENUE
SUR LE SITE
DE LA
COMMUNE D'ELOIE

... où l'aire urbaine touche le pays sous-vosgien.
Pour accéder aux différentes rubriques, cliquer sur le coq.
Le dernier compte-rendu du Conseil Municipal. 
Le Plan Local d'Urbanisme (PLU) et sa révision en cours.
"Eloie mon village", janvier 2018, notre bulletin annuel.
Le conseil municipal élu en 2014 et son programme.
Des informations pratiques.
Autour de l'école ...

Dossier d'inscription à la cantine et à la garderie pour la rentrée de septembre 2017
Restauration scolaire - Les menus du mois
Eloie vu du ciel.
Un lieu particulier : le cimetière paysager.
Archives et souvenirs. 
Le journal a parlé de nous (ci-dessous la reproduction d'un article paru dans l'"Est Républicain" du 15/12/2017)
Webmaster bénévole depuis 2002 à Éloie
Un site web communal, Éloie en possède un depuis 2002. C’est Jean-Louis Seichepine qui l’a créé. « J’étais à l’époque dans ma première mandature de conseiller municipal. J’ai proposé de faire un site internet. » Le but était d’y mettre essentiellement les comptes rendus des réunions municipales. Ainsi que quelques informations pratiques, comme les horaires d’ouverture de la mairie. « Je pensais qu’il serait utile pour la communication dans la commune. »

« J’ai appris tout seul »
Au fur et à mesure, l’équipe municipale a demandé à son webmaster d’enrichir le contenu. « J’ai ajouté des archives, des revues de presse », explique-t-il. « Il y a aussi des souvenirs de gros travaux, comme une page de photos sur la reconstruction de la mairie. » En ce moment, c’est la refonte du plan local d’urbanisme qui possède son onglet dédié sur la page d’accueil.
Pour mettre à jour tout ça, le conseiller prend bénévolement de son temps, « une soirée de temps en temps », « quelques heures par mois ».

Il faut mettre en ligne les nouveaux rapports et enlever d’éventuelles annonces dépassées. « J’ajoute aussi parfois quelques ornements, parce que c’est aussi un moment de détente. Mais ce n’est pas mon métier. J’ai appris tout seul. Je fais vraiment ça comme ça, en utilisant les outils plutôt restreints mis à disposition par la plateforme. C’est un site basique. » Et gratuit, puisque l’hébergement du site sur la toile est inclus dans l’abonnement internet de la mairie. « Ça ne coûte pas un centime. » Pour autant, Jean-Louis Seichepine ne pense pas qu’un site soit incontournable pour une commune de 1 000 habitants comme Éloie. « Ce n’est pas une nécessité. Mais c’est un plus. » 

A.A.

Jean-Louis Seichepine s’occupe du site qu’il a créé il y a quinze ans pour représenter la municipalité d’Éloie sur le web.
Déchets ménagers

TRIER N’EST PLUS UN CHOIX MAIS UN DEVOIR

Pour lutter contre les mauvais gestes en matière de tri sélectif des déchets, le Grand Belfort dresse des amendes aux usagers qui ne respectent pas les consignes.

Le Grand Belfort durcit le ton pour faire respecter les consignes de tri et améliorer les quantités et la qualité des déchets recyclables collectés. Le geste de tri doit devenir systématique : il ne s’agit plus d’un choix personnel mais d’une obligation.

Désormais, des contrôles des bacs sont effectués par les Agents de surveillance de la voie publique (AVSP, nom officiel des gardes-nature) avant le passage des camions-poubelles. Ils enregistrent les anomalies et préviennent les contrevenants des règles à respecter, mais aussi des risques encourus. Les mauvais trieurs seront sensibilisés au tri et verbalisés en cas de récidive (amende de 35 €). Ne pas trier coûte cher à la collectivité. Il est donc tout naturel de faire payer les mauvais trieurs.

Car les habitants des communes du Grand Belfort ont appris à trier leurs déchets : le tri du verre (bouteilles et flacons) se fait en apport volontaire dans les points spécifiques. Et depuis 2012, papiers, cartons et flaconnages plastique sont à mettre dans la poubelle à couvercle jaune. Tous les autres déchets partent à la poubelle brune, à destination de l’usine d’incinération de Bourogne.

Les déchets brûlés sont perdus. Alors que ceux triés permettent une économie de ressources naturelles (du papier réutilisé signifie des arbres en moins à abattre…) mais aussi un apport financier pour la collectivité : plus le tri est important, plus les recettes le sont. Un argument financier à mettre en rapport avec un objectif plus large de protection de la planète et de notre environnement.

Pas assez de verre trié

Et pourtant : malgré les arguments écologiques et économiques, une bouteille sur deux en verre et une bouteille sur deux en plastique finissent encore dans le bac brun alors qu’elles pourraient être recyclées. Dans les points d’apport volontaire, 25 kg de verre sont collectés chaque année, par habitant. Nous devrions avoir le double. La moyenne dans la région est de 39 kg/an/habitant.
Et dans les autres communes du Territoire de Belfort, les chiffres sont de plus de 45 /kg/an/habitant. Autant dire qu’il est possible de mieux faire, d’autant que les habitants ont les outils à disposition.

Bon à savoir

Mettre du verre dans la poubelle brune, et donc l’envoyer à l’usine d’incinération, coûte près de 200 € la tonne à la collectivité.

Compteur de visites :
Merci pour votre passage.
Revenez, les enrichissements sont fréquents.
Vos commentaires nous intéressent.

Pour écrire à la mairie : 
Pour écrire au réalisateur du site :